Apperçue sur le roi Béhanzin

photo de béhanzin

Béhanzin est le Dernier roi du royaume de Dahomey qui s'étendait, à son apogée au XIXe siècle, sur les quatre cinquièmes du territoire de l'actuelle République du Bénin. Behanzin est couronné le 6 janvier 1890, après la mort de son père, le roi Da-Da Glélé Kini-Kini, le 30 décembre 1889, après 40 ans de règne. Dans ce pays, comme en Afrique et dans le monde, ce roi fait l'unanimité. L'Histoire nous donne raison, le roi Béhanzin est un héros. Un héros béninois et africain. « Le nom dont il s'était baptisé en accédant au trône se décline en une phrase entière et souligne une conscience claire de la dimension politique, géopolitique et manifestement historique de son avènement. PUBLICITÉ Gbê hin azin é ayi jroè…. Le monde tient l'œuf que la terre désire. » Aujourd'hui, on l'appellerait simplement Désiré. Mais les noms dans les cultures africaines ont une profondeur et une richesse sémantique. Le nom est fondateur ; c'est une parole-programme. C'est une sorte d'ADN moral de l'individu ou de la famille. Son règne a marqué l'Histoire par la courageuse et célèbre résistance qu'il a menée de mains de maître à la tête de son armée et de ses amazones contre la colonisation de son pays. L’objectif était de sauvegarder l'unité de son pays et d’éviter la destruction de l'héritage que lui avaient légué ses aïeux. Il est resté jusqu’au bout fidèle à l’idéal de son combat et n'a jamais signé aucune soumission de son pays. En 1894, le roi Béhanzin fut déporté en exil à la Martinique et ensuite à Blida en Algérie où il décède à Alger le 10 décembre 1906. Durant sa guerre de résistance contre le colonisateur français, des otages sont pris à Ouidah et conduits à Abomey. L'un d'eux décrit ainsi Béhanzin : « Il a quarante ans environ, c'est un nègre admirable, bien pris quoique de taille moyenne. La figure est ouverte, intelligente, le regard franc et droit. »

Le contexte de la prise de pouvoir de Béhanzin

behanzin La nomination de Kondo en tant que prince héritier apparaît dans un contexte mouvementé. Le royaume vient de se sortir d’un blocus naval du royaume par les Britanniques. Ce blocus faisait suite à un incident dans lequel Kondo aurait menacé le fils d’un commerçant afro-brésilien. À cette période, Glélé, probablement en raison de problèmes de santé, se retire de facto de la vie politique publique du royaume. Bien qu’officiellement choisi par son père comme successeur, la légitimité de Kondo est contestée par son demi-frère, Sasse Koka, soutenu par la puissante Vissessegan, l’une des principales épouses de Glélé. Jusqu’à la mort de ce dernier, Vissessegan et Sasse Koka contesteront la primauté de Kondo, agissant comme les légitimes héritiers du trône.


**La prise de pouvoir du roi Béhanzin**

Une fois sur le trône, Kondo prend le nom de Béhanzin, abréviation d’une phrase illustrant vraisemblablement sa prédestination. Il se fait aussi surnommer le « roi requin », image de la réponse qu’il entend fournir à la menace que constituent les envahisseurs français venus par la mer. Il jette Vissessegan en prison. Sasse Soka est nommé ministre de la Justice, puis est éliminé après sa participation à un complot contre le roi.Statue de Béhanzin sous la forme d’un homme requin (par Sossa Adede, vers 1890) En 1890, les Français négocient avec le roi. Mais les pourparlers sont brisés par des interventions de Béhanzin à Porto Novo et Cotonou. Les Français répliquent par une arrestation des autorités dahoméennes à Cotonou. En réponse, Béhanzin prend en otage à Abomey, sa capitale, les Français de Ouidah. Des combats ont lieu à Cotonou et à Porto Novo. Dans cette dernière ville, l’attaque des Dahoméens est aussi due à une volonté de détruire des palmiers à huile, principal objet de commerce de la région. Le conflit est favorable aux Français, mais les Dahoméens ont réussi à abattre de nombreux palmiers à huile et à tuer 43 soldats français.
Après le conflit, Béhanzin fait parvenir un grand nombre d’armes des Allemands, leur attribue des privilèges pour le commerce, tout en négociant, en apparence, la paix avec les Français, refusant de leur céder une partie de son territoire.

Il parvient à convaincre Il tente de rassembler les rois savalou du Nord et adja de l’Ouest, mais sans succès. le gouverneur temporaire de la sous-région, l’amiral de Cuverville, qui admet qu’une politique pacifique de la France avec le Dahomey est la perspective la plus valable d’un point de vue économique. Il est vite remercié par son pays, qui juge sa réponse outrageuse. En mars 1892, les Dahoméens, frappés par la famine, attaquent des villages voisins et blessent à l’occasion des membres d’une mission française. Les Français tiennent là leur justification à une guerre décisive contre Béhanzin. Celui-ci réaffirme son autorité sur les villages concernés et se dit prêt à faire la guerre. Il se dit « roi des Noirs » et affirme sa souveraineté sur son territoire, qui n’est pas celui des Blancs et sur lequel il ne cherche pas à avoir d’autorité.
La mission est confiée, côté français, au général Alfred-Amédée Dodds, un métis franco-sénégalais. Après un blocus de la côte pour éviter aux Dahoméens de se ravitailler en armes, les hostilités commencent. De combats féroces à d’autres à Kana, Kpokissa et Dogba, la supériorité technologique française s’impose. Les Français marchent sur la capitale d’Abomey en novembre 1892, mais Béhanzin résiste avant de se rendre, en janvier 1894.

ci dessous les vidéos de descriptions/ci dessous les vidéos de descriptions/ci dessous les vidéos de descriptions

Discours d'adieu du roi Béhanzin
Ce célèbre discours du roi Béhanzin est le dernier message fort qu'il a prononcé le 20 janvier 1894 en signe d'hommage à son armée dont il a toujours loué le courage et la bravoure des soldats et des amazones.


En 1894, le roi du Dahomey, Béhanzin, cesse le combat qu'il menait depuis quatre ans contre les troupes françaises. Il se rend aux Français et est exilé à la Martinique avec ses femmes et son fils Ouanilo. La cour du roi est nombreuse et comprend, outre son fils, quatre épouses, dont sa favorite Sénécom, son interprète, et le prince Adandejan...


www.000webhost.com